Domaine de Chamarande

à partager en Essonne

Conseil Général de l'Essonne
Bandeau rouge

En lisière > Liliana Motta

LILIANA MOTTA

Habiter la lisière, 2013-2015
Installation paysagère
Résidence artistique au Domaine de Chamarande

Habiter la lisière est un projet de grande envergure qui s’inscrit dans le plan de gestion différenciée du Domaine : la recréation d’une lisière, zone intermédiaire entre les deux milieux que sont la forêt et la prairie, est indispensable pour le maintien et le développement d’un écosystème équilibré.

Zones limitrophes, les lisières jouent un rôle majeur dans la conservation de la diversité biologique. Elles concentrent un grand nombre d’espèces végétales, notamment buissonnantes et arbustives, dont certaines doivent leur présence au microclimat propre à la lisière. Elles offrent un biotope privilégié aux animaux – oiseaux et petits mammifères – qui trouvent en leur sein des conditions idéales pour se nourrir ou s’abriter voire se reproduire.

Les lisières permettent également de réguler le taux de migration des espèces propres à chacun des milieux. Les lisières, comme les rives, les haies ou les périphériques, sont des milieux de transition, de passages et de rencontres exceptionnellement riches et fertiles.

Si la lisière est une interface entre deux milieux écologiques distincts, elle est aussi une frontière visuelle et physique remarquable dans le paysage. Sur le Domaine de Chamarande, la lisière située entre la grande prairie et la forêt est un élément essentiel du site : elle est le premier contact visuel et physique avec le milieu forestier ; elle forme un arrière-plan qui ouvre sur la grande prairie, la pièce d’eau et l’île.

Liliana Motta a aménagé dans cette zone de transition des salons de verdure et créé un parcours de découverte et d’immersion exceptionnellement riche et fertile. Ces deux itinéraires de promenades vous offrent des points de vue sur le parc qui nous invitent à la méditation.

Liliana Motta est née à Buenos Aires (Argentine) en 1959. Elle vit et travaille à Paris. Artiste-botaniste-paysagiste autodidacte, elle est l’auteure de la collection nationale de Polygonum agréée CCVS. De 2002 à 2007, elle encadre l’Atelier Jardinage de l’École nationale supérieure de paysage de Versailles. Elle est également responsable du Projet Nature du Domaine du Gasseau, site remarquable de 20 hectares classé Natura 2000, pour la Communauté des communes des Alpes mancelles. Elle travaille sur le thème de la récupération et le traitement des eaux de la piscine municipale de la ville de Bègles (2005) et elle participe à la dépollution des paysages de la région Poitou Charentes par la technique de phytoremédiation (2006). Avec l’architecte Patrick Bouchain, Liliana Motta représente la France pour la Biennale de Venise 2006. L’année suivante, elle reçoit le prix de l’Initiative citoyenne pour la réalisation du Parcours botanique des Alpes mancelles. Depuis 2009, elle est soutenue par le Ministère de l’Écologie pour l’élaboration d’une recherche action nommée le « Laboratoire du dehors ». Elle cherche à réhabiliter des plantes étrangères qui voyagent avec nous et s’adaptent à de nouveaux milieux. C’est ainsi qu’en 2013 elle a réalisé, à partir d’espèces étrangères dites « invasives » ou « mauvaises herbes », les jardins de la nouvelle Cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris.

© Liliana Motta