Domaine de Chamarande

à partager en Essonne

Conseil Général de l'Essonne
Bandeau rouge

Résidents – Orangerie > 2012-2013

RÉSIDENTS

Durant l’année 2012, quatre artistes en résidence ont collaboré à l’élaboration d’une gestion écologique du site de Chamarande et travaillé sur les nouveaux enjeux de société liés à l’environnement. Véritables laboratoires d’expérimentation, leurs projets s’appuient non seulement sur l’art des jardins et le patrimoine historique mais aussi sur l’écosystème du parc et la spécificité écologique et sociale de l’Essonne. Pour clore cette année de recherche et de collaboration, une sélection de leurs derniers travaux est présentée à l’orangerie.

• PAULINE BASTARD
Sans titre

En résidence à Chamarande, Pauline Bastard a réalisé un ensemble d’œuvres situées à la lisière de l’art contemporain et de la vie champêtre ; des œuvres inspirées à la fois par la dimension artistique et la dimension naturelle des lieux. Ses réalisations ont été présentées dans le parc et au château durant l’été lors de l’exposition Salons. Elle a également planté des vignes dans le potager. Le Domaine de Chamarande produit désormais son propre vin de vernissage, un pinot noir récolté et mis en bouteille à la propriété par l’artiste elle-même. La première dégustation est prévue pour l’an prochain !

Sa résidence s’achève par la réalisation d’un film qui est présenté ici. Sans titre est le plan fixe d’une forêt verdoyante. Cette image de paysage s’avère contenir un groupe de personnes qui apparaît par intermittence, surgissant de derrière les arbres. Cette présence donne soudainement une temporalité à la vidéo,  puis le plan se vide à nouveau de ses acteurs dès qu’ils se cachent, et l’image rebascule alors dans une sorte d’inertie alternant les moments de pause et d’activité. Réalisé avec un groupe d’adolescents en visite sur le Domaine de Chamarande, le mouvement s’apparente tout d’abord à un jeu de cache-cache, puis dégage rapidement le sentiment d’une étrange errance dans l’image.

• THIERRY BOUTONNIER
Triste trophique

Pour sa résidence à Chamarande, Thierry Boutonnier a souhaité porter son attention sur un important volet du plan de gestion écologique du parc : la régulation des espèces dites invasives, et plus particulièrement, le cas du ragondin, le Myocastor coypus. Étudiant l’évolution de l’art cynégétique (art de la chasse), il révèle le glissement qui s’est opéré dans ce registre vers une société de contrôle. Dorénavant, il ne s’agit plus de se nourrir ou  de poursuivre une tradition ritualisée mais de surveiller les individus indésirables. Il faut réguler les nuisibles et le gibier, se débarrasser des espèces invasives et protéger les plus faibles.

L’artiste rend visible le rapport trouble que nous entretenons avec ces espèces à la frontière entre le domestique et le sauvage. Des productions et témoignages de ses recherches relatent les différentes stratégies qu’il a développées pour contourner les préconisations des experts. D’un côté, il tente de négocier un retour de l’animal à son pays d’origine avec les ambassades des pays en question (Chili, Argentine, Bolivie). De l’autre, il tente de revaloriser sa chair en réactivant d’anciennes recettes comme ce pâté de Coypu produit au Domaine de Chamarande. L’artiste a également organisé un symposium sur l’art cynégétique lors des journées du patrimoine 2012.

• SYLVAIN GOURAUD
La nouvelle agriculture

En résidence à Chamarande durant l’année 2012, Sylvain Gouraud s’est attaché à construire un point de vue sur l’agriculture d’aujourd’hui, plus prompte à s’adapter aux contraintes du marché, plus connectée avec des technologies de précision et en quête d’un confort de vie. Le sujet est connu mais souvent traité de manière polémique (en opposant agriculture biologique et agriculture conventionnelle, en se positionnant pour ou contre les OGM). Sylvain Gouraud tente de se détacher de cette notion critique pour se rapprocher de la notion de composition. Ainsi son travail d’enquête se situe-t-il dans le champ de l’anthropologie. Il en découle une volonté de repenser la production des connaissances scientifiques et des œuvres d’art. C’est la raison pour laquelle il invite les acteurs et le public, par les images qu’il produit, à tenter de redéfinir l’agriculture.

Dans cette exposition, le spectateur est amené à se confronter au changement d’échelle qui caractérise principalement le passage de l’agriculture d’hier à celle d’aujourd’hui. Sa roue de tracteur est imprimée grandeur nature, et ses graines sont grossies dix fois. La série d’images présentée sur le mur de gauche rend compte des acteurs qu’il a rencontrés au cours de ses recherches et du maillage d’informations qui s’y rapportent.

• STEFAN SHANKLAND & RAUM ARCHITECTES
Pseudomonas syringae

Stefan Shankland commence cet automne sa résidence au Domaine de Chamarande. Il propose d’étudier la transformation du territoire essonnien au cours du XXe siècle, en résonance avec l’histoire de son architecture. Il s’inspire pour cela d’un épisode de l’histoire du Domaine Chamarande : Auguste Mione. Dernier propriétaire privé, il réhabilite le lieu dans les années 1960. Entrepreneur de travaux publics, il est aussi le maître d’œuvre de la Cité radieuse de Le Corbusier à Marseille, symbole des grands logements collectifs.

Pour inaugurer cette résidence, il présente les témoignages de Pseudomonas syringae, un projet réalisé par l’artiste pour l’exposition Salons avec la complicité de Raum architectes. Comment « faire salon » à partir des ressources naturelles du site de Chamarande ? Comment redonner vie à un arbre atteint de la maladie Pseudomonas syringae et qui doit être abattu ? Telle était l’équation que Stefan Shankland et Raum Architectes ont mis en scène. Le processus de transformation commence par une performance spectaculaire le jour du vernissage où l’arbre fut abattu, puis la transformation de l’arbre en mobilier devant le public. En résulte ce nouvel espace et ce film dont la genèse constitue le sujet d’échanges des visiteurs qui en font l’expérience.

Commissaire associé COAL

RÉSIDENTS
25 novembre 2012 – 3 mars 2013 ●
à l’orangerie ●
sur réservation : chamarande@essonne.fr

Exposition 2012-2013 : Résidents © Laurence Godart