Domaine de Chamarande

à partager en Essonne

Conseil Général de l'Essonne
Bandeau rouge

Philippe Ramette > Plongeoir

PHILIPPE RAMETTE

Plongeoir, 2004
Technique mixte, bois et métal
Mât : 7,5 m – Plongeoir : 1,80 x 0,45 m
Collection du Fonds départemental d’art contemporain de l’Essonne, acquis en 2004

Avec le Plongeoir, Philippe Ramette nous invite à une chute vertigineuse sans piscine, ni bassin, le plongeur risque tout ! L’artiste cherche à nous interpeller sur l’utilité des objets courants, et à l’amener à mieux regarder ce qui l’entoure et ce qu’il voit. Mettre en scène des situations énigmatiques, physiquement irréalisables ou absurdes tel est le travail plein d’humour conduit par l’artiste où l’imaginaire a la part belle puisque ses objets servent à voir le monde différemment…

Ce que semblent révéler ses productions, c’est l’envers du décor, une sorte d’histoire parallèle à la réalité concrète de l’objet et à sa destination. Si l’homme conçoit des pièces pour son service et son confort – la chaise pour s’asseoir, la porte pour se retirer, ses objets sont des trouvailles poétiques ou absurdes ; leur fonction est détournée, rendant tout usage impossible.

Avec le Plongeoir, il nous invite à une chute vertigineuse, et heureusement virtuelle. Mais le plongeoir aurait-il perdu son Échelle 1 ? Celle-ci ne serait-elle pas posée sur l’une des façades du château ? Il cherche à interpeller le visiteur sur l’utilité des objets courants, et à l’amener à mieux regarder ce qui l’entoure et ce qu’il voit. Mettre en scène des situations énigmatiques, physiquement irréalisables ou absurdes, tel est le travail plein d’humour conduit par l’artiste.

Philippe Ramette est né en 1961. Plasticien et photographe, l’artiste réalise des dispositifs et des appareils à expérimenter physiquement qu’il qualifie « d’objets à réflexion ». Les travaux de Philippe Ramette combinent plusieurs registres : le grandiose, le philosophique et le poétique autant que le dérisoire, l’humour et l’absurde.

FDAC Essonne : Philippe Ramette, Plongeoir, 2004 © Marc Domage