Domaine de Chamarande

à partager en Essonne

Conseil Général de l'Essonne
Bandeau rouge
en cours

Dimanche 28 juillet 2019 > Concerts et spectacles

DIMANCHE 28 JUILLET

Cie Thé à la rue – La succulente histoire de Thomas Farcy

Spectacle – 15h30

Prenez une marmite, plongez-y une carotte et un saucisson. Puis épluchez délicatement une banane tout en retenant vos larmes lors de l’éminçage de l’oignon. Mangez des choux en abondance et sacrifiez, pour l’honneur, une courgette. Bienvenue dans l’affaire Thomas Farcy !

Entouré d’ustensiles culinaires et servi par une machinerie inventive et délicieuse, un étonnant duo de cuisiniers raconte comment l’idylle impossible entre une carotte et un saucisson vire à l’incroyable épopée. Non sans fantaisie, cette succulente histoire joue avec les mots, détourne les objets et aborde aussi adroitement les dérives de notre société comme le rejet de la différence, la guerre ou la censure. Une fable gastronomique acide, drôle et percutante à savourer en famille !

 

La Fausse compagnie – VibratO

Musique en liberté

Les cabanes : 14h – 14h30 – 15h – 15h30 [Attention jauge limitée, réservation sur place]

La volière : 18h

Cinq colporteurs magnifiques, musiciens explorant la rencontre et cultivant l’instant, trimballent avec eux le Kiosque, objet phénomène qui aiguise l’écoute et la curiosité. Il accueille tous les passants, les curieux, les habitants qui y trouvent un point de rencontre, et sont attirés par son esthétique et son côté ludique et intrigant.

Accompagnés de leur instrumentarium Stroh (procédé d’amplification mécanique avec une membrane et un pavillon inventé par Augustus Stroh en 1900), la Fausse compagnie nous invite à une mécanique vivante, une expérience sonore, musicale et humaine.

 

Cie Libertivore – Phasmes

Partenariat avec le festival Paris L’Été

Duo main à main – 17h

Avec Phasmes, la compagnie Libertivore explore le lien entre l’humain et son environnement. Le spectacle passe en revue et en mouvements, l’imaginaire de la nature a travers deux protagonistes urbains plongés, plus ou moins consciemment, dans un espace qui nous suggère une forêt. Ensemble, ils explorent cet univers empreint de mystères et d’illusions, au fil de leurs désirs multiples. Dans le clair-obscur, les corps enchâssés donnent bientôt vie à une chimère empruntant à l’animal, au minéral comme au végétal. Tel un phasme sans queue ni tête, le duo d’acrobates se déploie et se contracte, rampe sur le sol, galope, se fraie un chemin pour survivre, jusqu’à s’apprivoiser l’un l’autre.

 

20080918Soph AmThé à la Rue