Domaine de Chamarande

à partager en Essonne

Conseil Général de l'Essonne
Bandeau rouge

La chapelle

La chapelle

En 1661, le décor de la chapelle est réalisé par Louis Lerambert (1620-1670), élève du peintre Simon Vouet et maître du sculpteur Antoine Coysevox ; il travaille également aux décors des appartements du château. Deux ans plus tard, Pierre Mérault (1586-1668) obtient la permission d’avoir une chapelle pour faire célébrer le service divin en son chasteau.

Lerambert exprime son talent dans un style baroque insufflé par la réforme du Concile de Trente (1545-1563). Les lumières, les encensements, les ornements par la nature de l’homme sont tels qu’il ne peut aisément et sans quelques secours extérieurs, s’élever à la méditation des choses divines.

Dans son aspect original, le décor était blanc et or rehaussé par des stucs et un dallage de marbre noir et blanc. Des pilastres à chapiteaux corinthiens dorés portent un entablement surmonté par un tympan décoré de trois angelots reliés par des guirlandes. La coupole à arc surbaissé et les pendentifs sont ornés de médaillons avec vases de fleurs.

Sous l’impulsion du duc de Persigny (1808-1872), la décoration de la chapelle est remaniée selon les tendances à la mode. L’ensemble est recouvert d’un badigeon chocolatine faux bois. Si le XVIIe siècle avait privilégié la clarté des lieux de culte et prônait l’utilisation de vitraux blancs, agrémentés parfois de réseaux de plomb à figures simples, le XIXe siècle adopte les vitraux très colorés que l’on peut aujourd’hui encore apprécier. Les sujets retenus sont Saint Jean Baptiste et l’Assomption de la Vierge auxquels se mêlent les armes de Persigny et sa devise Je sers.

© Droits réservés